Devenir un leader

Ajouter un commentaire

Nous avons vu dans l’article un bon manager le rôle fonctionnel du manager au sein de son organisation et les différentes actions qui en découlent.

Le manager se trouve face à une triple tâche : se manager lui-même, manager ses relations avec les autres et manager les relations entre ces autres. C’est ici qui se pose la question du leadership.

Quel motif nous pousserait à tenter de devenir un leader ?.

Pour qui veut être un manager quelconque ou pour qui ne craint pas d’être un mauvais manager, il suffit de rester courbé sur ses tâches et de se réfugier dans son savoir-faire technique. En revanche, pour être un bon manager , il vaut mieux faire preuve de leadership

Pourquoi le manager doit-il être aussi un leader ?

Le management et le leadership ne sont pas exactement la même chose. On peut être un leader sans être un manager et vice-versa. être un manager, c’est remplir une fonction dans une organisation, c’est à dire dans une structure plutôt formelle, avec des règles et un organigramme explicites. être un leader, c’est être une personne qu’on écoute, qu’o suit, qu’on respecte, qu’on craint parfois, quel que soit le contexte social.

Pensez, par exemple, à une bande de jeunes : sans qu’il y ait une structure formelle, il y a souvent un individu qui assume le statut de chef, qui influence les autres, qui prend parfois des décisions au nom du groupe.

Bien qu’il s’agisse d’un phénomène très complexe, le leadership n’est au fond que notre capacité à influencer les autres, à attirer et à maintenir leur attention, à parler de ce qui touche tout le monde, et à proposer des activités à la hauteur de l’ambition collective.

C’est ici que le manager est attendu. Pour bien accomplir sa mission, il doit avoir un impact sur un certain nombre de personnes : autour de lui, au-dessous de lui et au-dessus. Il doit aussi subir la pression des attentes de toutes ces personnes qui pèse sur lui. Ce n’est pas une chose aisée. Tout le monde n’a pas la même facilité naturelle pour se débrouiller.

Si le manager ne joue pas du tout le rôle de leader, quelqu’un d’autre risque de le faire à sa place, peut être même un de ses propres subordonnées.

Les sept actions fondamentales 

Selon une définition très simple, le leadership est un ensemble de rapports qui s’établissent entre les membres d’un groupe. S’il y a des leaders qui mènent, il y a aussi  des suiveurs et ces deux catégories ont besoin l’une de l’autre.

Les leaders s’imposent à leurs suiveurs, mais ceux-ci choisissent leurs leaders et leur permettent de jouer ce rôle

Besoin Questions implicites du suiveur 
Le sentiment d’appartenance Quelle est l’identité du groupe auquel j’appartiens ?
La sécurité Quelles sont les menaces qui m’entourent ?
La compréhension de leur situation Qu’est-ce que je fais ici ? Qu’est-ce qui nous arrive
La définition d’un projet Qu’allons-nous faire ? Pourquoi ?
La responsabilité Qui est-ce que va me confier certaines responsabilités en retour ?
La confiance En qui est-ce que je peux avoir confiance ? Qui est-ce qui va avoir confiance en moi ?
La reconnaissance et la récompense Si je montre à la hauteur de ce que le leader me demande, quel statut dans le groupe cela me donnera-t-il ?

 

Le leader répond à ces besoins tant bien que mal. Quelqu’un qui est à la fois un bon leader et un bon manager y répond de la manière suivante :

  • Le sentiment d’appartenance
    • ACTION DU LEADER : il comprend l’identité du groupe et il fait valoir cette identité
  • La sécurité :
    • ACTION DU LEADER : il veille au bien-être de ses équipes et cherche à les protéger. Il gère les conflits en internes du groupe pour que l’harmonie générale soit maintenue
  • La compréhension de leur situation :
    • ACTION DU LEADER : il est capable d’expliquer avec simplicité et clarté à tous ses collaborateurs ce qui arrive au groupe, en recueillant préalablement toutes les informations nécessaires
  • La définition d’un projet 
    • ACTION DU LEADER : il est capable d’articuler une vision de l’avenir à a fois réaliste et motivante aux yeux de tous ses collaborateurs
  • La responsabilisé 
    • ACTION DU LEADER : il accepte la responsabilité qui lui est confiée, il ne cherche pas à culpabiliser les autres injustement, il admet les erreurs qu’il a commises. Mais il n’a pas peur de mettre d’autres personnes face à leurs responsabilités
  • La confiance 
    • ACTION DU LEADER : à travers les cinq actions ci-dessus, le leader inspire confiance à ses troupes. Il doit aussi montrer qu’il a confiance en eux en leur déléguant des responsabilités qui les valorisent et les stimulent
  • La reconnaissance et la récompense 
    • ACTION DU LEADER : il témoigne sa reconnaissance aux autres et il les récompense à la hauteur de leurs contributions. Il valorise le travail coordonne de toute l’équipe

Si tous les aspects du leadership évoqués sont bien appliqués dans votre environnement, les différentes éléments suivants devraient pouvoir être cochés :

  • Les membres comprennent la finalité de leur activité et l’assument
  • Les priorités sont évidentes pour tout le monde
  • La distribution des responsabilités est claire
  • L’ordre du processus de prise de décisions est intelligible pour tout le monde
  • Les conflits sont gérés rapidement
  • La valorisation des talents et des capacités des uns et des autres fait que chacun se sent apprécié et pleinement mis à contribution
  • Les réunions sont considérables par tout le monde comme des moments productifs
  • Les critères de la réussite collective sont connus de tout le monde et les moments de réussite sont clairement célébrés par tout le monde
  • Les besoins des uns et des autres en matière de progression, de développement et de formation sont satisfaits

 

Référence : Manager au quotidien